Twitter

Le jour ou Google Chrome m'a tenté

Publié le 5 avril 2015 à 02h04.

Certains le savent peut-être, je suis un fervent défenseur de Firefox : sa philosophie, son approche open-source et son interface (longtemps décriée) n'ont eu de cesse de me convaincre au fil des années. Pour résumer, j'utilise ce logiciel depuis bientôt dix ans au quotidien et il m'a toujours amplement satisfait. À titre informatif, j'utilise les nightly builds de l'application. Je pourrais me contenter des versions stables ou beta, mais j'ai un gout assez prononcé pour le risque, et disons le clairement, les versions non-stables de Firefox le sont quand même relativement.

Malheureusement, à coté de cela, je suis un grand utilisateur des services fournis par son principal concurrent : Google Chrome. Hangouts, Docs, Sheets et Gmail sont des services que j'utilise au quotidien, que ce soit sur mon smartphone Android, mais aussi sur mon Macbook Pro, ma machine principale.

Google Chrome m'a toujours un peu attiré de par certaines de ses fonctionnalités plutôt bien réalisées. La plus importante, c'est sans doute sa barre d'URL/recherche unique. Je n'ai jamais utilisé le moteur de recherche de Firefox et suis toujours passé par la barre d'adresse pour trouver ce que je cherchais, ce qui ne m'a jamais posé de problème particulier. Néanmoins, son intégration n'a jamais été poussée jusqu'au modèle de Google avec la prédiction d'URL ou de mots clés de recherche plus spécifiques. Pour pallier ce manque, j'utilise depuis quelques mois l'add-on Omnibar qui fonctionne vraiment bien et qui permet d'être relié à un nombre assez important de moteurs de recherche.

En tant que développeur, j'ai toujours utilisé Google Chrome. Que ce soit pour tester un site fraichement développé ou pour essayer les dernières nouveautés proposées par Google Drive, j'ai toujours été curieux de voir les innovations apportés par le navigateur. Je n'aurais pas dit cela il y a deux ans, mais je dois avouer que j'ai un peu de mal avec l'interface actuelle de Google Chrome si je la compare à Australis (la nouvelle interface de Firefox, disponible depuis sa version 29).

L'année dernière, j'ai eu la chance de travailler chez TagCommander où l'une de mes missions a été la réalisation d'une application Google Chrome pour l'entreprise. Je l'avoue, je ne connaissais absolument rien à ce milieu et ne m'était pas véritablement penché dessus auparavent... Certes, je savais que l'on pouvait développer des extensions et que certaines étaient assez poussées, mais je n'avais jamais été vraiment loin. pas assez En tout cas pour me rendre compte de la masse colossale d'applications qui coexistent sur la plateforme ! Je n'ai pas vraiment été plus loin à ce moment là à regarder ce que je pourrais faire avec, trop occupé à lire les documentations de développement d'applications et les déprécations un peu trop fréquentes de fonctions à mon gout.

Je suis donc tranquillement retourné travailler sur Firefox jusqu au mois dernier m'est apparu un outil développé par la firme de Mountain View et qui a tenté de me changer la vie en voulant me faire installer son lanceur d'applications. Toujours par curiosité, je me suis prêté au jeu... Il faut dire qu'il avait des arguments pour convaincre : Il s'intègre plutôt bien au dock de Mac OS et a le mérite de pouvoir permettre d'accéder à tout son écosystème Google en un clic. Plutôt pratique. Un simple tap sur l'icône et c'est alors toutes les applications que j'utilise au quotidien qui sont disponibles, le tout sans avoir à ouvrir de navigateur ! Gain de temps ? Certainement.

Et puis j'ai eu un peu de temps et j'ai commencé à regarder plus en détail toutes ces fameuses applications proposées. Alors certes, il y a beaucoup de choses que vous n'utiliserez jamais (concrètement, jouer au Solitaire dans un navigateur a peu de chances de vous intéresser). Mais entre toutes les applications Google, les éditeurs de code (dont certains sont même plutôt bien faits), les Spotify et autres Pages Jaunes, il y a vraiment un écosystème complet disponible à portée de navigateur et j'ai aujourd'hui vraiment l'impression de perdre mon temps à utiliser mes quelques applications Chrome et un navigateur autre (Firefox en l'occurence).

Vous comprenez le dilemme ? Suis-je prêt à tenter de franchir un gros cap en passant de Firefox à Google Chrome ? La réponse est compliquée... Certes, je pourrais me dire :

« Bouarf, pourquoi se priver si je peux faire comme avant mais en mieux ? ».

Mais voila, dix ans à croire en une philosophie, ça ne s'arrête pas comme ça du jour au lendemain. C'est comme si je trahissais une cause que je servais depuis longtemps. J'extrapole un peu, mais l'idée est là. Et puis, après tout, Firefox ne m'instatisfait pas non plus. Il remplit parfaitement mes besoins actuels et à des arguments à faire valoir (bonjour à toi ô console développeur). Malheureusement, je suis toujours curieux de voir ce qu'il se passe en face, et j'aime être à l'affut des petites nouveautés. Et force est de constater que les choses évoluent vite chez Google. À noter également que je n'ai pour ainsi dire aucune réticence à ce que Google aille me voler des données qu'il a déjà et que je n'ai de toute façon absolument aucune raison de cacher... (c'est le principal argument que j'entends quand je parle de ce sujet aux personnes que je côtoie au quotidien et je tenais à le clarifier).

Finalement, je viens de faire quelque chose afin de réaliser un test. J'ai ouvert ma fenêtre Nightly et j'ai appuyé sur CMD + Q. Pendant une semaine, je vais essayer de n'utiliser que Google Chrome en tant que navigateur. Je viens également de changer mes préférences de navigateur par défaut afin de ne pas être tenté par un retour sur Firefox dans l'immédiat.

Pendant une semaine complète (jusqu'au lundi 13 avril), je n'utiliserais plus que Google Chrome. L'expérience pourrait bien s'arrêter demain comme dans une semaine, elle reste pour moi le meilleur moyen de vérifier si l'herbe est vraiment meilleure ailleurs.